Tic tac, tic tac… La fin de l’année approche et vous aimeriez boucler votre optimisation fiscale afin de réduire le montant de vos impôts de 2022. Effectivement, il ne vous reste que quelques semaines pour réaliser d’ingénieux placements. Pas besoin d’être le descendant de Jérôme Cahuzac ni d’ouvrir secrètement un compte numéroté au fin fond du Panama, la défiscalisation est propre, légale et à la portée de toutes et tous.


À ce propos : avez-vous pensé à lier défiscalisation et agriculture ? À investir dans des terres agricoles pour défiscaliser une partie de vos impôts ? Cette pratique financière présente de nombreux avantages ! Outre l’aide apportée à l’agriculture française, qui donnera du sens à votre épargne, vous bénéficierez des avantages fiscaux d’un investissement dans la foncière agricole. Quels sont-ils ? Décryptage.

1. Rentabilité et défiscalisation : idées reçues et pièges

En premier lieu, commençons par casser la figure aux contre-vérités tenaces autour de la défiscalisation. Suivant les choix faits par les contribuables, les investissements visant à défiscaliser une partie de leurs impôts peuvent être plus ou moins juteux et risqués.

Une première idée reçue est que la défiscalisation ne serait intéressante que pour les grandes fortunes. Faux ! Même avec un petit montant d’impôt, elle peut être pertinente. 

Lorsque l’argent est placé dans un Fond d’investissement de proximité (FIP) ou un fonds commun de placement dans l’innovation (FCIP), la réduction maximale d’impôt à laquelle pour un célibataire s’élève à  2 640 € et à 5 280 € pour un couple au titre de l’impôt sur le revenu. Le pourcentage peut aller jusqu’à 25%, ce qui est plutôt très bien en matière de défiscalisation. Vous investissez dans des petites et moyennes sociétés qui ont leur siège dans l’UE, en Norvège ou en Islande, ne sont pas cotées et sont soumises à l’impôt sur les sociétés. Dans ces cas, les sommes engagées sont bloquées pour au moins 5 ans, mais peuvent être perdues si l’entreprise fait faillite. La performance des investissements est aléatoire car elle dépend de la santé de l’entreprise (qui fluctue selon son marché, sa gouvernance, le contexte économique… etc) ce qui fait souvent dire que l’investissement défiscalisant de manière général est risqué.

Plusieurs autres dispositifs, tels que les lois Pinel, Malraux et Denormandie facilitent la défiscalisation lors d’un achat immobilier. La loi Pinel, par exemple, qui s’adresse aux contribuables qui investissent dans le neuf, permet d’économiser jusqu’à 21% des sommes engagées. Cependant, outre le montant défiscalisé, il faut porter une attention toute particulière à la rentabilité globale du projet. Le bien acheté se situe-t-il dans une zone dont les prix montent ou baissent ? Combien de travaux comporte-t-il et quel est le prévisionnel ? Quelle est la destination du bien et comment sera-t-il administré ? En outre, comme l’explique Amélie Faure, entrepreneure et investisseuse, « les biens immobiliers acquis dans une logique de défiscalisation ont des prix de vente majorés. L’acheteur·se a l’impression de faire une bonne affaire, mais en réalité paie le prix fort ». Dans tous les cas, investir pour défiscaliser ne se justifie pas si la rentabilité du bien est mauvaise et qu’il est finalement vendu à pertes. 

Vous l’aurez compris, avant d’investir, il est clé de mesurer son risque. Si l’on effectue une réelle analyse de rentabilité et qu’on n’investit pas uniquement pour obtenir une réduction d’impôt, on met toutes les chances de son côté pour faire un placement rentable sur le long-terme.

Donnez vie à des fermes agroécologiques partout en France investissant dans la terre agricole. Investir avec FEVE pour un impact concret et immédiat sur l’environnement

2. Les avantages d’investir dans le foncier agricole pour défiscaliser ses impôts

À présent, qu’en est-il d’un investissement dans la terre agricole ? Que gagnez-vous à placer une partie de votre argent dans l’agriculture ? 

Un sentiment d’utilité : quitte à minimiser son risque et à bénéficier d’une défiscalisation, autant que soit pour financer l’agriculture biologique, un vignoble, l’entretien d’une forêt… et ainsi donner tout son sens à son épargne. Ce faisant, vous facilitez l’installation de nouveaux exploitants et vous favorisez l’évolution dans le bon sens du modèle agricole.

Acheter à un prix encore attractif. Comme le note Amélie Faure, « l’intérêt d’investir dans la terre agricole est que le prix est consultable de manière publique et sensiblement moins cher que dans les autres pays européens. Il est encadré car la SAFER afin d’éviter une envolée qui rendrait les terres inaccessibles aux gens du métier, on est donc certains d’investir à prix compétitif ».

La sécurisation de votre épargne en investissant dans un bien dont la valeur est incontestable et le restera longtemps. La terre est une valeur sûre car elle nous nourrit : nous aurons toujours besoin d’elle, a fortiori dans un contexte de résilience alimentaire faible sur le territoire français et d’artificialisation des sols. Selon Amélie Faure, les prix des actifs agricoles sont en constante augmentation, d’où l’intérêt d’y placer quelques économies. « Les prix des fermages ne sont certes pas très élevés, mais ces dernières années, les terres se valorisent de plus en plus cher,. C’est donc un investissement qui monte », conclut l’entrepreneuse.

Le fait d’investir dans un actif tangible, qui ne pourra être ni volé ni dégradé.

Des avantages liés à l’investissement dans le foncier agricole, et notamment de l’exemption de l’IFI et dans certains cas des droits de mutation.

Dans certains cas, des réductions d’impôt sur le revenu en particulier dans le cas des foncières solidaires.

Les avantages liés aux règles de transmission en cas de décès ou de donation. Pour les GFA, un abattement de 75% jusqu’au seuil de 300 000€ (il était de 101 897€ avant la loi de finance 2019) puis 50% ensuite est appliqué à l’assiette de calcul pour les droits de donation (ou la transmission en cas de décès). Cet abattement est uniquement lié au GFA et ne s’applique pas à une SCI.

Le saviez-vous ?

Fermes en Vie a pour objectif d’accompagner la transition agroécologique tout en permettant à des épargnants de diversifier leur patrimoine en investissant dans des terres agricoles.

3. Petit guide pratique pour investir dans les terres agricoles et défiscaliser son épargne

Tout un chacun peut, a priori, investir dans un terrain agricole. En pratique, c’est assez délicat pour un non initié de naviguer dans les autorisations nécessaires (la SAFER, la Société d’Aménagement Foncier et de l’Établissement Rural, préempte le plus souvent les terrains afin de s’assurer que les terres reviennent en priorité aux agriculteurs, et ce, à raison). De plus, vérifier la qualité des terres et jauger la pertinence du prix de vente est compliqué, tout autant que de trouver un exploitant locataire. 

C’est pour cela que les contribuables choisissent souvent d’investir dans des GFA (Groupements fonciers agricoles) ou GFV ou GFF (leur équivalent pour le vin ou la forêt). Le ticket d’entrée est aussi nettement plus bas (1000 à 2000 euros, comparé à 350 000 euros environ pour acheter une ferme).

Une foncière solidaire comme Fermes en Vie fait également économiser au contribuable 25% du montant investi (article 199 terdecies-0 AA code général des impôts) via une réduction d’impôt sur le revenu. Cet avantage impose de conserver les titres pendant une durée de 7 ans, et le montant maximal d’économie d’impôt est de 10K€ par an (plafonnement global des niches fiscales) en prenant en compte les autres économies d’impôt sur le revenu prévues dans le plafonnement.

Le principe de fonctionnement est le suivant :

1 – La foncière collecte les investissements de particuliers ou d’institutionnels qui devront les laisser pour 7 ans minimum ;

2 – Ces sommes sont injectées dans l’achat d’exploitations (terrains, bâtiments…) ;

3 – Les fermes sont louées à des agriculteurs sur le long terme avec des obligations environnementales notamment le passage en agriculture biologique. 

Grâce aux foncières agricoles solidaires telles Fermes en Vie, Terres de liens ou encore Terrafine, l’investissement dans la terre agricole est grandement facilité. Au-delà d’un placement pérenne et sûr dans un actif tangible, cet investissement plein de sens est utile et nécessaire pour mener la transition agro-écologique.

Profitez des avantages fiscaux en investissant dans une foncière solidaire

🦔  Pour aller plus loin ?

La newsletter sur l’investissement vert Épinard de Gaël Berthélémé.
D’ailleurs, l’édition qui parle de Fermes en Vie vous en apprendra davantage. 

Un article des Colibris sur l’investissement dans une foncière solidaire.

Crédits photos : Marguerite Legros, Valentin Izzo