LA FERME DE BARTHOUIL

Une installation pérenne et la diversification d’activités pour Nicole et Yann

 

La ferme de Barthouil est portée par Nicole et Yann, éleveurs en brebis laitières sur un système pastoral avec transformation fromagère.
Ils étaient déjà tous les deux éleveurs de brebis avec transformation en fromage (AOP en bio) mais n’avaient pas de terres lorsqu’ils redescendaient des estives en hiver.
Ils passaient donc de champs en champs pendant l’hiver en faisant parfois des dizaines de kilomètres avec leur troupeau entre deux lieux.

L’acquisition de cette ferme leur permet d’avoir un endroit où s’installer pendant l’hiver, mais également de diversifier leurs productions. Grâce au financement de foncier permis par FEVE, Nicole et Yann vont en effet pouvoir développer d’autres activités, en cultivant des céréales pour l’alimentation humaine et de l’élevage porcin.
Ils souhaitent produire ces céréales en agriculture biologique de conservation des sols.
Ils envisagent par la suite l’arrivée d’un ou une maraîchèr.e sur une partie des terres afin de créer une autre activité complémentaire.

Vous souhaitez participer au financement de nos prochaines fèves ?

🚜  La Ferme de Barthouil c’est….

Dans le Béarn à 35 minutes de Pau, les terres étaient exploitées en céréales en conventionnel jusqu’à présent :

    • 35 hectares de terres qui vont passer en agriculture de conservation des sols en agriculture biologique ;
    • des activités diversifiées sur la ferme (brebis laitière avec transformation fromagère, production de céréales pour l’alimentation humaine, élevage de porcs en plein air) ;
    • pas de bâtiments sur l’exploitation mais un projet de développer des bâtiments adaptés à l’activité ;
    • la volonté des porteurs de projet de créer un collectif avec d’autres porteurs de projets dans un second temps (maraîchage en particulier).

    Quel est le modèle de transmission de FEVE ?

    FEVE accompagne des porteurs de projet à s’associer et à s’installer sur des fermes en agro-écologie :

    • en identifiant des fermes à reprendre, en faisant appel à l’épargne citoyenne afin d’acheter la ferme et les terres et de les mettre à disposition de porteur·ses de projet via un bail rural environnemental avec option d’achat ;
    • en les mettant en relation avec d’autres associé·es si nécessaire ;
    • en les aidant dans la structuration de leur projet – sur les aspects juridiques et humains en particulier.

    🧐  Pourquoi l’agriculture de conservation des sols en agriculture biologique ?

    Yann et Nicole souhaitent vivement mettre en place des pratiques de conservation des sols en agriculture biologique. Cette conversion est très ambitieuse et difficile et ainsi peu d’agriculteurs arrivent aujourd’hui à mettre en place des pratiques de conservation des sols et de l’agriculture biologique en même temps; c’est souvent l’un ou l’autre. 

     

    💡 Les trois piliers de l’agriculture de conservation des sols (ACS) sont :

    • une couverture permanente du sol
    • des semis sans travail du sol
    • une diversité et une rotation des cultures.

    Le premier objectif est de maintenir une biodiversité dans ces sols permettant d’améliorer la fertilité des sols.

    Les pratiques de l’agriculture de conservation des sols permettent :

    • d’améliorer la qualité de la terre et sa productivité;
    • de réduire l’érosion des sols
    • d’améliorer l’infiltration de l’eau et son stockage
    • de purifier l’air et l’eau
    • de séquestrer plus de carbone dans les sols.

    Il est souvent compliqué pour des agriculteurs engagés en ACS de se passer de glyphosate ou équivalent pour “détruire” un couvert végétal avant de démarrer une nouvelle culture. C’est la destruction de ce couvert avant semis qui pose souvent problème.

    Il est donc très technique de faire de l’ACS en agriculture biologique mais certains exemples montrent que c’est possible.

    Il s’agit pour cela de trouver des méthodes alternatives qui passent souvent par des rotations ou associations de différentes cultures spécifiques, par l’usage de certains animaux qui peuvent venir “nettoyer” des terres avant un semis, par des outils mécaniques spécifiques (semoir direct, nettoyeur séparateur…).

     

    Nos fermes suivent les principes de notre charte agro-écologique qui est signée par toutes les personnes souhaitant s’installer avec Fermes En ViE.

    🙌  Pourquoi ce projet a-t-il plu à notre communauté ?

    Un projet agro-écologique et diversifié et ambitieux dans les pratiques agroécologiques (Agriculture de conservation des sols en bio) ;

    Une diversification d’activités avec une volonté d’accueillir à moyen terme d’autres porteurs de projets ;

    Un projet local ancré dans le territoire (Yann et Nicole étant nés dans le coin) avec une envie de partager et diffuser les pratiques ambitieuses développées sur la ferme.

    📣  Des investisseur·ses FEVE témoignent !

    Fermes en Vie est un projet audacieux contribuant au redéveloppement de l’agriculture « moderne » dans un sens qui la réconcilie avec l’environnement.

    Marine D.-C.

    Nous sommes arrivés à un moment de notre vie où nos investissements doivent faire sens en plus d’être sécurisés pour nos enfants. L’agriculture en France a besoin de se réinventer, Fermes En ViE, avec son équipe de Top gun, peut y parvenir. Nous sommes donc heureux et fiers de prendre part à cette initiative tout en investissant dans un très beau domaine plein de potentiel.

    Amélie F.

    A la recherche d’investissements diversifiés, j’ai eu l’occasion de connaître Fermes en Vie, via l’un de ses cofondateurs, Marc Batty. Son approche intelligente et non dogmatique du monde agricole m’a immédiatement séduit ! L’occasion était belle de participer à ce premier projet à travers l’acquisition en GFA du foncier de Magnantru : financièrement et à long terme, l’investissement peut avoir un vrai sens. Alors que socialement et économiquement, il donne aux nouveaux exploitants la possibilité de se lancer dans cette aventure. Beau pari qui, s’il est bien accompagné, peut devenir un bel exemple du fonctionnement collaboratif de la ferme de demain. Florence et moi sommes très heureux de les accompagner !

    Arnaud B.