La ferme de Granville

Au cœur de la Normandie, la ferme de Granville, fait place à un nouveau chapitre avec l'arrivée d’Emilie et Pascal, un couple en reconversion après une période de formation et de montée en compétence. Ils ont fait le choix de s'installer sur cette belle ferme et de donner une nouvelle impulsion à ses activités diversifiées.

Suivez cette fève sur les réseaux sociaux

Les caractéristiques de cette ferme

La ferme de Granville

▪ La ferme de Granville s’étend sur 46 ha dans le département de la Manche (50). Elle est située à 6 km du centre de Granville, une ville balnéaire touristique.

▪ La ferme du Manoir de Granville est une ferme en élevage en bovin Lait (40 vaches laitières) où Émilie et Pascal développent la transformation fromagère. Elle comprend également un verger d'1,7 ha avec près de deux cents pommiers. La production annuelle de 50 tonnes de pommes se transforme en 18 000 bouteilles de cidre, calva, et pommeau. La clientèle de la ferme est déjà bien établie grâce au tourisme, aux restaurateurs et aux épiciers. La totalité de la production est vendue en circuit court.

▪ En plus de la reprise d’activité existante, Emilie et Pascal nourrissent le projet de faire renaître d’anciennes chambres d'hôtes existantes au sein de la ferme. Ils souhaitent créer une synergie entre les différents ateliers, impliquant la clientèle locale et les touristes. Avec la mise en place d'un magasin à la ferme, ils permettront aux clients des chambres d’hôtes de profiter de la circularité du lieu.

Vous souhaitez participer au financement de nos prochaines Fèves ?

Investissez dans la foncière solidaire de Fermes En ViE pour donner vie à des fermes agroécologiques partout en France.

Des impacts agro-écologiques multiples

La ferme de Granville
Je veux échanger sur mon projet

À la rencontre de

Émilie et Pascal

La ferme de Granville
Quel a été votre parcours à tous les deux ? 

Emilie : Je suis biologiste de formation, j'ai travaillé pendant une quinzaine d'années dans le milieu hospitalier tout en soutenant mon mari, restaurateur sur les services et la compta le week-end. Après la vente du restaurant, on a pris le temps de réfléchir à une nouvelle aventure. L'idée de se lancer dans l'élevage a émergé, et après des discussions fructueuses avec Pascal, on a décidé d'explorer cette voie. J’ai pu bénéficier d'une enveloppe de reconversion de mon employeur, suivant une formation en élevage avec option transformation laitière (BPREA). Diplôme obtenu il y a un an et demi, j’ai ensuite travaillé dans des élevages en tant que salariée pour monter en compétence et j'ai pris un poste de cinq mois en transfo fromagère dans le Pays d'Auge, à faire du Pont L'Évêque. C'était une ferme qui transformait une partie de sa production.

Pascal : Je suis cuisinier de métier depuis une vingtaine d'années. Bien que n'ayant pas de diplôme agricole, je me suis formé à la transformation, ce qui suit la continuité de mon métier de restaurateur.

Qu’est-ce qui vous a plus dans la ferme de Granville ? 

C'était exactement ce que nous recherchions. Nous avions clairement en tête une structure avec une quarantaine d'hectares, idéale pour mettre en place notre modèle extensif axé sur le pâturage.  Mon parcours dans le BPREA élevage m'a amenée à explorer différents modèles économiques, et c'est ainsi que nous avons décidé de nous orienter vers ce modèle, principalement basé sur l'herbe, avec des compléments tels que le foin et éventuellement un peu de méteil fermier. Notre objectif est clair : viser l'autonomie et privilégier un élevage économe. En plus, l’emplacement est parfait, d'autant plus que ma famille est originaire de la région, ce qui a renforcé notre connexion avec la ferme.

Comment avez-vous trouvé la ferme ? 

Au début de nos recherches, je me suis rapprochée de FEVE, explorant des modèles alternatifs qui me parlaient. On avait déjà repéré une première ferme dans le Calvados, mais finalement, le coût était trop important, et le lieu ne correspondait pas tout à fait à nos critères.

On a continué à travailler sur notre projet, et un jour, quelqu'un de FEVE nous a recontactés grâce à notre profil sur la Grange. C'est à ce moment-là que la ferme de Granville est entrée dans notre radar. On s'est dit, 'Pourquoi ne pas venir visiter?' Et là, ça a été une révélation, la ferme correspondait exactement au modèle que nous cherchions.

D’ailleurs heureusement que nous avons pu bénéficier du dispositif proposé par FEVE, c’était une nécessité pour pouvoir s’installer. Le contexte actuel fait qu'on a beau nous dire que la moitié des agriculteurs va partir à la retraite, les fermes sont très chères donc on est obligé de passer outre les modèles classiques pour pouvoir s’installer et vivre de ce qu’on aime sereinement.

Vous avez aussi un projet de ferme à financer ?

Comme Émilie et Pascal, envoyez une demande à FEVE pour soumettre votre projet à notre équipe.

a cédé sa ferme grâce à FEVE

La mission de FEVE

En France, 50% des agriculteurs vont partir à la retraite d’ici 10 ans. FEVE facilite l’installation agricole pour répondre à l’urgence du renouvellement des générations et de la transition écologique.

Nous réalisons notre mission grâce à deux puissants leviers :

  • Notre foncière solidaire qui finance l’achat des fermes grâce à l’épargne citoyenne. Elle permet aux jeunes agriculteurs d’être en location avec option d’achat et de s’installer plus facilement.
  • La Grange, notre plateforme digitale qui permet de construire et concrétiser un projet d’installation viable et durable grâce à des contenus techniques et des outils pratiques.

Nos investisseurs témoignent

MERCI à FEVE d'exister. Cela nous permet d'investir pour soutenir l'un des plus beaux métiers du monde, en accélérant la transition écologique et préservant notre biodiversité, tout en favorisant l'autonomie alimentaire de notre pays. Que de bonnes causes ! Investir dans la foncière FEVE, c'est un réel plaisir et ça procure un bon bol d'espoir pour l'avenir.

Marjorie H.

Investisseuse chez FEVE

Depuis 2023

Très heureuse de contribuer à l’aide financière pour que des projets aboutissent. Ils portent une nouvelle vision de l’agriculture de demain, ils partagent les mêmes valeurs du vivant et de la protection de l’environnement, du bien être animal et de la force de la nature. Des exemples à suivre et à multiplier partout en France.

Blandine G.

Investisseuse chez FEVE

Depuis 2021

Sensibilisé aux enjeux climatiques, je connais l'importance du secteur agricole dans la transition écologique et souhaitais y contribuer à mon échelle. Grâce à FEVE, mon argent permet aux agriculteurs de réduire leurs impacts environnementaux, et de garantir la souveraineté alimentaire de la France.

Benoît R.

Investisseur chez FEVE

Depuis 2023

Vous aussi, rejoignez la communauté d’investisseurs FEVE

Financez des fermes en investissant une partie de votre épargne dans la foncière solidaire de Fermes En ViE

La presse parle de cette fève

No items found.