La Ferme des Clos, une ferme collaborative qui prend ses racines dans l’agroforesterie

par | 11 DĂ©c 2020 | Fermes collaboratives

Bienvenue Ă  la ferme collaborative de la ferme des Clos ! Une ferme crĂ©Ă©e autour de l’agroforesterie et oĂč l’aventure se vit Ă  plusieurs, en association. La Ferme des Clos est une ferme francilienne agro-Ă©cologique oĂč se cĂŽtoient de multiples activitĂ©s agricoles respectueuses du vivant. Elle a Ă©tĂ© fondĂ©e autour d’un collectif paysan en 2017. Cette expĂ©rience humaine fait sa force. Cela implique, comme toute aventure Ă  plusieurs, beaucoup d’investissement et de travail pour que le collectif reste soudĂ© et sain. Une autre particularitĂ© de la Ferme des Clos : l’arbre est inclus partout, d’une maniĂšre ou d’une autre. Ainsi la ferme est un Ă©cosystĂšme forestier riche en biodiversitĂ©, rĂ©silient face au changement climatique et rĂ©gĂ©nĂ©ratif du sol. 

Cet article fait partie d’une sĂ©rie sur les fermes qui ont inspirĂ© et nourri le projet de Fermes en Vie. Nous pensons que ce type de lecture est essentiel lorsque l’on amorce un projet d’installation agricole et ce pour trois raisons : rĂȘver, apprendre et construire. 

  • RĂȘver face Ă  un projet qui vous parle et qui a des valeurs fondatrices similaires au vĂŽtre. 
  • Apprendre de l’inventivitĂ©, mais aussi des doutes et des erreurs de ceux qui ont tentĂ© l’aventure avant vous.
  • Construire votre endroit, votre ferme, votre activitĂ© et votre futur en vous projetant dans d’autres rĂ©cits de projets.

Les autres fermes dont nous avons déjà parlé sur le blog :

La ferme collaborative des Clos : une ferme francilienne oĂč les fleurs du houblon viennent parfumer les pots de miel

Quelques Ă©lĂ©ments factuels : 

  • La Ferme des Clos est situĂ©e Ă  Bonnelle, en Île-de-France, dans le parc natural de la Haute VallĂ©e de Chevreuse ;
  • La ferme collaborative de la Ferme des Clos a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e dĂ©but 2017 sous forme de SAS (SociĂ©tĂ© par Actions SimplifiĂ©es) ;
  • Elle couvre plus de 100 hectares (93 ha dĂ©diĂ©s Ă  la culture et Ă  la faune sauvage et 12 ha de forĂȘt) ; 
  • Le collectif Ă©tait au dĂ©part constituĂ© de 5 personnes, il y en a maintenant 7 mais on trouve souvent une dizaine de personnes sur la ferme selon les stagiaires ou wwoofeurs en place !
  • On y retrouve les activitĂ©s suivantes : maraĂźchage , apiculture, houblonnerie, petits fruits, arboriculture, agroforesterie et Ă©levage de poulets de chair.
  • Les producteurs de la ferme vendent la majoritĂ© de leurs productions en circuits courts : au sein de la boutique de la ferme ou via des AMAP locales .

Valeurs fondatrices :

La ferme met en avant la charte suivante pour communiquer sur ses valeurs fondatrices :

  1. Agir dans le respect de la nature et du vivant
  2. Garder l’esprit ouvert et rester Ă  l’écoute
  3. Mutualiser notre savoir, notre expérience et nos ressources
  4. Agir en conscience et en responsabilité
  5. Entretenir un relationnel de proximité et un ancrage fort sur le territoire
  6. Cultiver un esprit crĂ©atif et accompagner avec bienveillance l’émancipation

Structure juridique :

Le foncier derriĂšre la Ferme des Clos appartient Ă  un GFA familial de 12 personnes dont Pascal, l’un des fondateurs de la Ferme fait partie. Chacun des producteurs est installĂ© en entreprise individuelle et a choisi le rĂ©gime du micro-BA (micro-bĂ©nĂ©fice agricole). Une partie des coĂ»ts est mutualisĂ©e au sein la SAS ferme des Clos dans laquelle chacun est associĂ©. Ce format fut privilĂ©giĂ© Ă  celui des GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun), structure sociĂ©taire trĂšs rĂ©pandue dans le monde agricole. Le format choisi permet plus de latitude, il donne notamment une plus grande libertĂ© aux producteurs quant Ă  leurs investissements et en fonction de lĂ  oĂč ils souhaitent placer le curseur de la mutualisation.

La ferme collaborative des Clos, une expérience humaine avant tout

Comme ont pu le dĂ©couvrir les membres de la ferme depuis sa crĂ©ation, fonctionner et prendre des dĂ©cisions Ă  plusieurs n’est pas quelque chose qui vient naturellement. C’est d’autant plus vrai pour la Ferme des Clos que la structure juridique choisie encourage chacun des producteurs Ă  ĂȘtre indĂ©pendant. Le modĂšle de SAS peut favoriser l’émergence d’une juxtaposition de structures individuelles sans qu’il n’y ait de collaboration et de mutualisation. On est loin du projet fondateur de ferme collaborative de la Ferme des Clos ! Conscients de ce biais possible, les producteurs tentent d’y remĂ©dier. 

“La diversitĂ© des tempĂ©raments, c’est une richesse mais aussi
.”,

Pascal, apiculteur de la Ferme des Clos

Comme nous l’explique Pascal, apiculteur sur la ferme et acteur Ă  l’origine du projet, commencer un collectif nĂ©cessite des ajustements. Un important travail d’harmonisation a dĂ» ĂȘtre menĂ© au dĂ©but du projet sur la notion mĂȘme de collaboration et sur les attentes et besoins de chacun. Il insiste sur le fait que le collectif est un projet entre ĂȘtres humains avec leurs Ă©motions et leurs ressentis. “La diversitĂ© des tempĂ©raments, c’est une richesse mais aussi
.”, la phrase reste en suspens mais on devine l’implicite, on sait ce que peut donner la rencontre de deux caractĂšres opposĂ©s. Comme diffĂ©rents stades d’installation cohabitent sur la ferme, chaque associĂ© a ses propres enjeux personnels : peuvent apparaĂźtre alors des difficultĂ©s de communication (Ă©couter, reformuler sans dĂ©former, etc.) et de gestion des Ă©motions. 

Le groupe a mis des choses en place pour pallier ces fragilitĂ©s. Une des premiĂšres dĂ©cisions fut d’y consacrer “de nombreux temps de rĂ©union oĂč l’on a l’impression de ne pas avancer (et ce n’est pas qu’une impression !) mais qui sont nĂ©cessaires pour apprendre Ă  se connaĂźtre et Ă  travailler ensemble.” Aujourd’hui, une matinĂ©e tous les 15 jours est consacrĂ©e Ă  la gestion des sujets liĂ©s au collectif. Chaque lundi matin, un petit temps est amĂ©nagĂ© pour partager des idĂ©es de dĂ©veloppement personnel ou des initiatives pour amĂ©liorer la vie du groupe.

Lucides sur l’importance de l’accompagnement Ă  propos de cette dimension humaine de la ferme collaborative, les cinq personnes du groupe sont allĂ©es suivre un sĂ©minaire sur la gouvernance partagĂ©e Ă  l’universitĂ© du Nous. Cette expĂ©rience leur “a permis de faire ensemble le tour de la notion de collectif, d’apprendre beaucoup en thĂ©orie et sur nous et a fait mĂ»rir une situation conflictuelle larvĂ©e (rĂ©sultat non attendu ! )”. Ils souhaitent Ă©galement faire venir une·e mĂ©diateur·rice tous les trois mois Ă  la ferme pour les soutenir dans la gestion des questions Ă  potentiel conflictuel. Pour Pascal depuis 2017 il y a eu une vĂ©ritable transition, de “La fondation en fĂ©vrier 2017 de la SAS et de son Cercle des producteurs Ă  cinq hommes dans une certaine inconscience et la refondation de ce cercle Ă  sept (Ă  l’occasion de l’entrĂ©e des deux femmes) dans une conscience beaucoup plus certaine la semaine derniĂšre.”

Photo du nouveau collectif Ă  7 : les deux nouvelles sont des femmes ! Il y a un chien aussi sur la photo.
Le nouveau collectif Ă  7 !

L’agroforesterie à la Ferme des Clos : l’arbre comme, membre central du collectif !

Le projet de la Ferme des Clos n’aurait pas de sens sans les arbres. Tous les ateliers et les Ă©lĂ©ments de la ferme sont pensĂ©s en synergie autour de l’arbre. Chaque systĂšme de culture est rĂ©flĂ©chi Ă  travers l’agroforesterie. Des allĂ©es d’arbres sont prĂ©sentes sur les grandes cultures, les poules se trouvent dans un verger, les petits fruits sont Ă  proximitĂ© des arbres fruitiers. On retrouve aussi des arbres isolĂ©s, des haies d’arbuste et d’arbres et enfin bien sĂ»r une forĂȘt qui couvre 12 ha du domaine. 

Le systĂšme d’agroforesterie apporte nombre de bĂ©nĂ©fices Ă  l’écosystĂšme de la ferme des Clos :

  • Tout d’abord il peut pallier partiellement les faiblesses de leur sol. En effet, contrairement aux terrains aux alentours, la ferme a un sol sablo-limoneux. C’est donc un sol extrĂȘmement drainant qui peut perdre rapidement en matiĂšre organique et nutriments s’il n’a pas une structure racinaire solide. En l’occurrence sur la ferme, aprĂšs des annĂ©es de travail du sol, la couche de surface avait disparu dans plusieurs zones : les arbres via les branches et feuilles qui se dĂ©posent au sol puis se dĂ©composent permettent de recrĂ©er cette couche d’humus si prĂ©cieuse dans la vie d’un sol. Le systĂšme racinaire des arbres et les rĂ©seaux mycĂ©liens qui se crĂ©ent autour vont Ă©galement rendre le sol plus structurĂ©, moins drainant et freiner l’érosion causĂ©e par la pluie. 
  • Le systĂšme agroforestier va en outre permettre d’enrichir les cultures voisines. Tout d’abord via le rĂ©seau de champignons mycorhiziens qui se dĂ©veloppent aux racines des arbres et qui par un systĂšme de capillaritĂ© favorisent les Ă©changes de nutriments dans le sol. De plus, les racines des arbres vont chercher en profondeur des minĂ©raux auxquels les plantes cultivĂ©es n’ont pas accĂšs en temps normal du fait de leurs racines trop courtes. 
  • Enfin, Ă©lĂ©ment non nĂ©gligeable, un systĂšme agroforestier va ĂȘtre extrĂȘmement bĂ©nĂ©fique pour la biodiversitĂ©. Que ce soit la biodiversitĂ© de flore ou de faune. Leur systĂšme agro-forestier fonctionne en partie via des strates : la strate herbacĂ©e, la strate arbustive puis la strate arboricole. Par exemple, dans leur verger on aura les fraises en couverture du sol, puis les petits fruits comme le cassis en arbuste et enfin un pommier en arbre. Chaque strate va apporter de la diversitĂ© vĂ©gĂ©tale. Quant Ă  la diversitĂ© faunistique : les producteurs de la Ferme des Clos ont pu constater entre autres l’apparition de gibiers venant se rĂ©fugier dans les bosquets, d’oiseaux comme des alouettes ou des petits nicheurs venant faire leur nid dans les haies. Le systĂšme forestier de la ferme a pour visĂ©e la crĂ©ation de couloirs Ă©cologiques entre les diffĂ©rents massifs forestiers du Parc Naturel de la Haute VallĂ©e de Chevreuse.
Vincent, silvanier de la ferme est en train de s'occuper de jeunes arbres
Vincent, le sylvanier de la ferme, aux petits soins des jeunes arbres

À la ferme des Clos, le rĂŽle de l’arbre ne s’arrĂȘte pas Ă  sa place (essentielle) dans l’écosystĂšme vĂ©gĂ©tal et animal. Il remplit Ă©galement un rĂŽle dans l’écosystĂšme humain. Il a par exemple une rĂ©elle fonction Ă©ducative. Ainsi en mars 2020, Vincent, l’arboriculteur de la ferme a co-animĂ© une journĂ©e de plantations d’arbres avec l’association Des Enfants et des arbres. La quarantaine d’élĂšves de 6e d’un collĂšge voisin a passĂ© la journĂ©e Ă  planter prĂšs de 200 arbres en compagnie de leurs parents mais aussi de
 CĂ©cile de France. L’association, fondĂ©e par la rĂ©alisatrice Marie-France Barrier, a deux objectifs fondamentaux : que les enfants deviennent acteurs de la transition agro-Ă©cologique ainsi que faire entrer la plantation d’arbres chez et avec les agriculteurs dans le programme scolaire. 

Enfin, symbole de l’importance de cet ĂȘtre vĂ©gĂ©tal, dans quelques annĂ©es, quand le temps et la nature auront fait leur oeuvre, les personnes regroupĂ©es sur l’endroit central de la cour principale, au centre de la ferme, le lieu que l’on pourrait surnommer “la place du village” des Clos, pourront bĂ©nĂ©ficier de l’ombre rafraĂźchissante d’un arbre remarquable.

Cécile, une des deux nouvelles associées, tient dans sa main la branche d'un froseiller.
CĂ©cile, arboricultrice, dans l’espace des petits fruits

Une mutualisation des efforts avec l’arbre comme Ă©lĂ©ment central

En nous immergeant dans l’histoire de la Ferme des Clos, nous avons dĂ©couvert les dessous d’une ferme collaborative. 

D’un cĂŽtĂ© il y a les difficultĂ©s de dĂ©marrage et de fonctionnement inhĂ©rentes Ă  tout groupe humain fonctionnant en collaboration. Nous avons trouvĂ© extrĂȘmement intĂ©ressante cette tendance, presque inconsciente, au repli et au fonctionnement individuel et indĂ©pendant dans les moments plus dĂ©licats. 

De l’autre il y a les outils qu’un groupe peut activer lors de situations difficiles pour Ă©viter ce repli sur soi et la perte de force du collectif. Il y a les outils internes, faire des rĂ©unions, encourager la discussion, poser des choses par Ă©crit. Il y a des outils externes comme faire intervenir un mĂ©diateur ou une mĂ©diatrice ou encore faire un sĂ©minaire de groupe. Et puis il y a ces exercices que l’on pratique quotidiennement mais que l’on sous-estime souvent : la parole et l’écoute ! Apprendre Ă  communiquer ses besoins et Ă©couter ceux des autres. Vaste programme qu’ont entamĂ© les partenaires de la Ferme des Clos !

Ce n’est peut ĂȘtre pas pour rien si le groupe a dĂ©cidĂ© de mettre l’accent sur l’agroforesterie. S’il y a bien un (h)ĂȘtre qui sait naviguer dans un groupe c’est l’arbre ! Ce dernier travaille en collaboration et en symbiose avec tous les autres arbres qui l’entourent dans une forĂȘt mais pas uniquement eux. Que ce soit via les animaux qu’il abrite et/ou nourrit mais aussi via les vĂ©gĂ©taux ou champignons avec qui il est en symbiose (cf les rĂ©seaux mycorhizien), l’arbre ne rĂšgle jamais ses problĂšmes seul ! C’est une formidable source de leçons pour une ferme collaborative, vous ne trouvez pas ?

Sophie, maraĂźchĂšre Ă  la ferme, arbore un grand sourire et tient deux grosses betteraves autour de son visage.
Sophie, maraĂźchĂšre et ses jolies betteraves !

Pour aller plus loin :

Le site de la ferme des clos

Si cette expĂ©rience vous inspire, vous pouvez rejoindre notre communautĂ© de porteurs de projet agricole Fermes en ViE et recevoir du contenu similaire ainsi qu’ĂȘtre invitĂ©e Ă  des Ă©vĂšnements sur ces thĂšmes.

Vous voulez mettre votre Ă©pargne au service d’une l’évolution vers plus de fermes similaires, des fermes diversifiĂ©es, en coopĂ©ration et qui fonctionne en respectant le vivant. Faites-le avec Fermes En ViE et placer votre Ă©pargne de façon responsable !

Restons en contact !

 

Vous souhaitez ĂȘtre tenu.e au courant des actualitĂ©s de Fermes En ViE, ĂȘtre notifiĂ©.e de nos nouveaux appels Ă  projets, nos offres d'emploi, ou encore dĂ©couvrir rĂ©guliĂšrement nos articles de blog ? Abonnez-vous Ă  notre newsletter ci-dessous !