La Ferme des Clos, une ferme collaborative qui prend ses racines dans l’agroforesterie

, le
11/12/2020
La Ferme des Clos, une ferme collaborative qui prend ses racines dans l’agroforesterie

Bienvenue à la ferme collaborative de la ferme des Clos ! Une ferme créée autour de l’agroforesterie et où l’aventure se vit à plusieurs, en association. La Ferme des Clos est une ferme francilienne agro-écologique où se côtoient de multiples activités agricoles respectueuses du vivant. Elle a été fondée autour d’un collectif paysan en 2017. Cette expérience humaine fait sa force. Cela implique, comme toute aventure à plusieurs, beaucoup d’investissement et de travail pour que le collectif reste soudé et sain. Une autre particularité de la Ferme des Clos : l’arbre est inclus partout, d’une manière ou d’une autre. Ainsi la ferme est un écosystème forestier riche en biodiversité, résilient face au changement climatique et régénératif du sol.

Cet article fait partie d’une série sur les fermes qui ont inspiré et nourri le projet de Fermes en Vie. Nous pensons que ce type de lecture est essentiel lorsque l’on amorce un projet d’installation agricole et ce pour trois raisons : rêver, apprendre et construire.

  • Rêver face à un projet qui vous parle et qui a des valeurs fondatrices similaires au vôtre.
  • Apprendre de l’inventivité, mais aussi des doutes et des erreurs de ceux qui ont tenté l’aventure avant vous.
  • Construire votre endroit, votre ferme, votre activité et votre futur en vous projetant dans d’autres récits de projets.

Les autres fermes dont nous avons déjà parlées sur le blog :

La ferme collaborative des Clos : une ferme francilienne où les fleurs du houblon viennent parfumer les pots de miel

Quelques éléments factuels :

  • La Ferme des Clos est située à Bonnelle, en Île-de-France, dans le parc natural de la Haute Vallée de Chevreuse ;
  • La ferme collaborative de la Ferme des Clos a été créée début 2017 sous forme de SAS (Société par Actions Simplifiées) ;
  • Elle couvre plus de 100 hectares (93 ha dédiés à la culture et à la faune sauvage et 12 ha de forêt) ;
  • Le collectif était au départ constitué de 5 personnes, il y en a maintenant 7 mais on trouve souvent une dizaine de personnes sur la ferme selon les stagiaires ou wwoofeurs en place !
  • On y retrouve les activités suivantes : maraîchage , apiculture, houblonnerie, petits fruits, arboriculture, agroforesterie et élevage de poulets de chair.
  • Les producteurs de la ferme vendent la majorité de leurs productions en circuits courts : au sein de la boutique de la ferme ou via des AMAP locales .

Valeurs fondatrices :

La ferme met en avant la charte suivante pour communiquer sur ses valeurs fondatrices :

  1. Agir dans le respect de la nature et du vivant
  2. Garder l’esprit ouvert et rester à l’écoute
  3. Mutualiser notre savoir, notre expérience et nos ressources
  4. Agir en conscience et en responsabilité
  5. Entretenir un relationnel de proximité et un ancrage fort sur le territoire
  6. Cultiver un esprit créatif et accompagner avec bienveillance l’émancipation

Structure juridique :

Le foncier derrière la Ferme des Clos appartient à un GFA familial de 12 personnes dont Pascal, l’un des fondateurs de la Ferme fait partie. Chacun des producteurs est installé en entreprise individuelle et a choisi le régime du micro-BA (micro-bénéfice agricole). Une partie des coûts est mutualisée au sein la SAS ferme des Clos dans laquelle chacun est associé. Ce format fut privilégié à celui des GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun), structure sociétaire très répandue dans le monde agricole. Le format choisi permet plus de latitude, il donne notamment une plus grande liberté aux producteurs quant à leurs investissements et en fonction de là où ils souhaitent placer le curseur de la mutualisation.

Logo de la ferme des clos

La ferme collaborative des Clos, une expérience humaine avant tout

Comme ont pu le découvrir les membres de la ferme depuis sa création, fonctionner et prendre des décisions à plusieurs n’est pas quelque chose qui vient naturellement. C’est d’autant plus vrai pour la Ferme des Clos que la structure juridique choisie encourage chacun des producteurs à être indépendant. Le modèle de SAS peut favoriser l’émergence d’une juxtaposition de structures individuelles sans qu’il n’y ait de collaboration et de mutualisation. On est loin du projet fondateur de ferme collaborative de la Ferme des Clos ! Conscients de ce biais possible, les producteurs tentent d’y remédier.

La diversité des tempéraments, c’est une richesse mais aussi….”

(Pascal, apiculteur de la Ferme des Clos)

Comme nous l’explique Pascal, apiculteur sur la ferme et acteur à l’origine du projet, commencer un collectif nécessite des ajustements. Un important travail d’harmonisation a dû être mené au début du projet sur la notion même de collaboration et sur les attentes et besoins de chacun. Il insiste sur le fait que le collectif est un projet entre êtres humains avec leurs émotions et leurs ressentis. “La diversité des tempéraments, c’est une richesse mais aussi….”, la phrase reste en suspens mais on devine l’implicite, on sait ce que peut donner la rencontre de deux caractères opposés. Comme différents stades d’installation cohabitent sur la ferme, chaque associé a ses propres enjeux personnels : peuvent apparaître alors des difficultés de communication (écouter, reformuler sans déformer, etc.) et de gestion des émotions.

Le groupe a mis des choses en place pour pallier ces fragilités. Une des premières décisions fut d’y consacrer “de nombreux temps de réunion où l’on a l’impression de ne pas avancer (et ce n’est pas qu’une impression !) mais qui sont nécessaires pour apprendre à se connaître et à travailler ensemble.” Aujourd’hui, une matinée tous les 15 jours est consacrée à la gestion des sujets liés au collectif. Chaque lundi matin, un petit temps est aménagé pour partager des idées de développement personnel ou des initiatives pour améliorer la vie du groupe.

Lucides sur l’importance de l’accompagnement à propos de cette dimension humaine de la ferme collaborative, les cinq personnes du groupe sont allées suivre un séminaire sur la gouvernance partagée à l’université du Nous. Cette expérience leur “a permis de faire ensemble le tour de la notion de collectif, d’apprendre beaucoup en théorie et sur nous et a fait mûrir une situation conflictuelle larvée (résultat non attendu ! )”. Ils souhaitent également faire venir une·e médiateur·rice tous les trois mois à la ferme pour les soutenir dans la gestion des questions à potentiel conflictuel. Pour Pascal depuis 2017 il y a eu une véritable transition, de “La fondation en février 2017 de la SAS et de son Cercle des producteurs à cinq hommes dans une certaine inconscience et la refondation de ce cercle à sept (à l’occasion de l’entrée des deux femmes) dans une conscience beaucoup plus certaine la semaine dernière.”

L’agroforesterie à la Ferme des Clos : l’arbre comme, membre central du collectif !

Le projet de la Ferme des Clos n’aurait pas de sens sans les arbres. Tous les ateliers et les éléments de la ferme sont pensés en synergie autour de l’arbre. Chaque système de culture est réfléchi à travers l’agroforesterie. Des allées d’arbres sont présentes sur les grandes cultures, les poules se trouvent dans un verger, les petits fruits sont à proximité des arbres fruitiers. On retrouve aussi des arbres isolés, des haies d’arbuste et d’arbres et enfin bien sûr une forêt qui couvre 12 ha du domaine.

Le système d’agroforesterie apporte nombre de bénéfices à l’écosystème de la ferme des Clos :

  • Tout d’abord il peut pallier partiellement les faiblesses de leur sol. En effet, contrairement aux terrains aux alentours, la ferme a un sol sablo-limoneux. C’est donc un sol extrêmement drainant qui peut perdre rapidement en matière organique et nutriments s’il n’a pas une structure racinaire solide. En l’occurrence sur la ferme, après des années de travail du sol, la couche de surface avait disparu dans plusieurs zones : les arbres via les branches et feuilles qui se déposent au sol puis se décomposent permettent de recréer cette couche d’humus si précieuse dans la vie d’un sol. Le système racinaire des arbres et les réseaux mycéliens qui se créent autour vont également rendre le sol plus structuré, moins drainant et freiner l’érosion causée par la pluie.
  • Le système agroforestier va en outre permettre d’enrichir les cultures voisines. Tout d’abord via le réseau de champignons mycorhiziens qui se développent aux racines des arbres et qui par un système de capillarité favorisent les échanges de nutriments dans le sol. De plus, les racines des arbres vont chercher en profondeur des minéraux auxquels les plantes cultivées n’ont pas accès en temps normal du fait de leurs racines trop courtes.
  • Enfin, élément non négligeable, un système agroforestier va être extrêmement bénéfique pour la biodiversité. Que ce soit la biodiversité de flore ou de faune. Leur système agro-forestier fonctionne en partie via des strates : la strate herbacée, la strate arbustive puis la strate arboricole. Par exemple, dans leur verger on aura les fraises en couverture du sol, puis les petits fruits comme le cassis en arbuste et enfin un pommier en arbre. Chaque strate va apporter de la diversité végétale. Quant à la diversité faunistique : les producteurs de la Ferme des Clos ont pu constater entre autres l’apparition de gibiers venant se réfugier dans les bosquets, d’oiseaux comme des alouettes ou des petits nicheurs venant faire leur nid dans les haies. Le système forestier de la ferme a pour visée la création de couloirs écologiques entre les différents massifs forestiers du Parc Naturel de la Haute Vallée de Chevreuse.
Vincent, le sylvanier de la ferme, aux petits soins des jeunes arbres
Vincent, le sylvanier de la ferme, aux petits soins des jeunes arbres

À la ferme des Clos, le rôle de l’arbre ne s’arrête pas à sa place (essentielle) dans l’écosystème végétal et animal. Il remplit également un rôle dans l’écosystème humain. Il a par exemple une réelle fonction éducative. Ainsi en mars 2020, Vincent, l’arboriculteur de la ferme a co-animé une journée de plantations d’arbres avec l’association Des Enfants et des arbres. La quarantaine d’élèves de 6e d’un collège voisin a passé la journée à planter près de 200 arbres en compagnie de leurs parents mais aussi de… Cécile de France. L’association, fondée par la réalisatrice Marie-France Barrier, a deux objectifs fondamentaux : que les enfants deviennent acteurs de la transition agro-écologique ainsi que faire entrer la plantation d’arbres chez et avec les agriculteurs dans le programme scolaire.

Enfin, symbole de l’importance de cet être végétal, dans quelques années, quand le temps et la nature auront fait leur oeuvre, les personnes regroupées sur l’endroit central de la cour principale, au centre de la ferme, le lieu que l’on pourrait surnommer “la place du village” des Clos, pourront bénéficier de l’ombre rafraîchissante d’un arbre remarquable.

Cécile, arboricultrice, dans l’espace des petits fruits
Cécile, arboricultrice, dans l’espace des petits fruits

Une mutualisation des efforts avec l’arbre comme élément central

En nous immergeant dans l’histoire de la Ferme des Clos, nous avons découvert les dessous d’une ferme collaborative.

D’un côté il y a les difficultés de démarrage et de fonctionnement inhérentes à tout groupe humain fonctionnant en collaboration. Nous avons trouvé extrêmement intéressante cette tendance, presque inconsciente, au repli et au fonctionnement individuel et indépendant dans les moments plus délicats.

De l’autre il y a les outils qu’un groupe peut activer lors de situations difficiles pour éviter ce repli sur soi et la perte de force du collectif. Il y a les outils internes, faire des réunions, encourager la discussion, poser des choses par écrit. Il y a des outils externes comme faire intervenir un médiateur ou une médiatrice ou encore faire un séminaire de groupe. Et puis il y a ces exercices que l’on pratique quotidiennement mais que l’on sous-estime souvent : la parole et l’écoute ! Apprendre à communiquer ses besoins et écouter ceux des autres. Vaste programme qu’ont entamé les partenaires de la Ferme des Clos !

Ce n’est peut être pas pour rien si le groupe a décidé de mettre l’accent sur l’agroforesterie. S’il y a bien un (h)être qui sait naviguer dans un groupe c’est l’arbre ! Ce dernier travaille en collaboration et en symbiose avec tous les autres arbres qui l’entourent dans une forêt mais pas uniquement eux. Que ce soit via les animaux qu’il abrite et/ou nourrit mais aussi via les végétaux ou champignons avec qui il est en symbiose (cf les réseaux mycorhizien), l’arbre ne règle jamais ses problèmes seul ! C’est une formidable source de leçons pour une ferme collaborative, vous ne trouvez pas ?

Sophie, maraîchère et ses jolies betteraves !

Pour aller plus loin :

Le site de la ferme des clos

Si cette expérience vous inspire, vous pouvez rejoindre notre communauté de porteurs de projet agricole Fermes en ViE et recevoir du contenu similaire ainsi qu’être invitée à des évènements sur ces thèmes.

Vous voulez mettre votre épargne au service d’une l’évolution vers plus de fermes similaires, des fermes diversifiées, en coopération et qui fonctionne en respectant le vivant. Faites-le avec Fermes En ViE et placer votre épargne de façon responsable !

Les articles similaires

Je veux recevoir les
nouvelles de FEVE

Choisissez la newsletter qui vous convient le mieux :

Pousse de plante avec main
🚨 Appel à projets spécial agricultrice
FEVE lance un appel à projets pour financer votre ferme !
Vous voulez devenir agricultrice, vous avez trouvé une ferme et vous souhaitez la faire financer par FEVE ? Candidatez avant le 15 juin
Je candidate