fbpx

Quelles sont les attentes des investisseurs responsables de FEVE

par | 10 Juin 2021 | Tendances

En pleins préparatifs de la Foncière qui permettra de financer les fermes de nos projets nous avons souhaité nous renseigner sur l’attente et les besoins des potentiel·les investisseurs·ses, autrement dit, des citoyens et citoyennes prêt·es à investir leur épargne au service de la transition agroécologique.

EN BREF…

Les investisseur·ses responsables  : 

    • Souhaitent avoir un impact positif sur la transition écologique. C’est d’ailleurs le premier critère de choix de leurs investissement
    • Souhaitent que leur épargne serve des projets tangibles et locaux
    • Sont peu enclin·es à faire confiance aux investissements dits “responsables” s’ils ne sont pas entièrement transparents
    • Privilégient la sécurité à la rentabilité de l’investissement
    • Sont intéressé·es par les réductions d’impôts 
    • Sont prêt·es à placer leur argent pour une durée relativement longue (5 / 7 ans)

Des répondant·es aligné·es sur les valeurs de FEVE

Ce questionnaire a été administré auprès de 230 personnes proches de FEVE (qui nous suivent sur les réseaux sociaux ou nous ont découvert via du bouche à oreille). Les réponses sont donc très influencées par ce biais de connivence avec le milieu de la transition écologique. Cette chambre d’écho a certainement participé au fait que tous·tes les répondant·es disent avoir déjà modifié leurs habitudes de consommation et leur mode de vie (alimentation, réduction de la consommation de produits neufs, changement de fournisseur d’énergie, de mode de transport, etc.) dans l’optique de participer à la transition écologique. Les personnes interrogées ont également souligné l’importance de la pédagogie, de la sensibilisation et de la mobilisation dans leur implication pour la transition écologique. 


Il est intéressant de noter que pour une large majorité des répondant.es, les 3 objectifs les plus importants de la transition écologique sont de préserver la biodiversité, de produire et de consommer de manière durable et de limiter le dérèglement climatique.

💛 Comment rester insensible face à un paysage en pleine nature au moment du printemps ?

🍀 Comment ne pas faire de sa ViE un chemin pour la sauvegarde de la biodiversité ?

🐝 Comment ne pas sauvegarder le vecteur le plus puissant de notre alimentation ?

🍓Comment se nourrit autrement que de manière local et de saison ?

Ce sont mes valeurs. C’est pourquoi je m’engage aux côtés de Fermes En ViE (FEVE) 🦔

Julie

Investisseuse chez Fermes En ViE

D’après une étude Oxfam, sachant qu’en moyenne un·e français·e conserve 25 000 € sur ses comptes, cette épargne est le premier poste d’émission de CO2 devant même la consommation des personnes. 

Dans la cohorte interrogée, ⅓ des personnes ont décidé de gérer leur épargne différemment dans l’optique de participer à la transition écologique. Dans ce cas, les citoyen·nes épargnant·es se tournent principalement vers l’investissement en direct dans des projets porteurs de sens. 49% des personnes ont déjà participé à un financement participatif, 35 % ont choisi les placement labellisé ISR ou ESG et fait le choix d’une banque à impact comme le propose OnlyOne par exemple.

cosse de fèves

Des personnes prêtes à investir…

mais qui ne trouvent pas de placement qui leur convienne vraiment 

Parmi ces investisseur·ses responsables, seulement 18 % disent réussir à mettre en cohérence ses investissements avec sa vision de la transition écologique. 

Le personnes soulignent le manque d’information et de transparence  des placements et de leurs impacts que traduisent une défiance envers les propositions d’investissement

 

“Je serais bien plus contente, voire soulagée de savoir que mon argent sera utilisé de manière cohérente et utile plutôt qu’à des fins mystérieuses et pas toujours très propres et claires !”
Répondante anonyme

En effet, il apparaît souvent difficile d’éplucher les petites lignes de contrats qui leur semble obscures et risquées. Les interrogé·es déplorent un manque de produits financiers simples et accessibles, dont les retombées économiques et écologiques sont claires et visibles. Pourtant la volonté est là puisque 96% seraient prêts à placer leur épargne dans un support produisant un impact positif d’un point de vue environnemental et social. 

cohérence investissement et transition

En quoi Fermes En ViE propose un investissement différent?

FEVE propose aux citoyen.nes de reprendre le contrôle de leur épargne en choisissant eux et elles même des projets aux retombées concrètes : l’achat de fermes pour les mettre à disposition de fermiers et fermières aux pratiques respectueuses du vivant

En plaçant votre épargne avec Fermes En ViE vous investissez dans un actif tangible : la terre et les bâtiments agricoles. Vous contribuez directement à l’agriculture de demain. 

Les performances financières ainsi que le risque de perte en capital sont modérés mais les retombées environnementales et sociales sont indéniables. 

fève ou banque?

Des investisseur·ses intéressé·es par d’autres perspectives que les intérêts nets…

mais qui restent prudent·es

Parmi les interrogés, même si la performance financière n’est qu’au second plan des critères déterminants, loin derrière la vertu écologique et sociale qui est plébiscitée par 83 % des répondant.es, en moyenne les personnes attendent un retour sur investissement de 1,87 % par an. La transmission de l’investissement est une dimension qui intéresse 17 % des répondant·es. 

critères d'investissement

 Investir dans une foncière agricole agréée ESUS (Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale) donne accès à une réduction d’impôt de 25 % du montant investi. 23 % des répondant·es réduisent déjà leurs impôts grâce à des investissements ou dépenses éligibles mais 70 % d’entre eux sont loin du plafond des 10 000 € et pourraient donc bénéficier de réduction d’impôt supplémentaire. 22 % des personnes interrogées sont intéressées par l’exonération de leur investissement de l’IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière) qui est perçue comme un avantage de ce type de placement.

Même si le rendement n’est pas la priorité des personnes interrogées, la sécurisation de leur capital est une dimension importante pour eux. Seulement 14 % des répondant·es sont disposé·es à prendre un risque de perte en capital. Cela se traduit notamment par une préférence de 61 % pour un placement dans une structure qui mutualise les investissements plutôt qu’un investissement reposant sur un seul projet. Ce sont sans surprises les personnes qui attendent la plus forte rentabilité qui sont également les plus enclines à prendre des risques en capital. 

cohorte prête à investir en fonction du rendement

On note que les personnes imaginant investir de petits montants préfèrent conserver la liquidité de leur placement tandis que les investissements plus conséquents sont davantage voués à être placés sur le long terme (au moins 5 ans). 

Si les personnes font la démarche de changer leur épargne de place (la résistance au changement reste un obstacle notable) elles s’attendent à être fières de participer à des projets concrets qui ont un impact local conséquent. Les investisseurs et investisseuses veulent tout simplement s’identifier au projet en y participant via leur épargne. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les personnes souhaitant investir des montants inférieurs à 1000 € ou supérieur à 100 000 € sont beaucoup plus enclines à souhaiter investir dans des fermes identifiées que dans une structure qui mutualise les investissements dans différentes fermes. 

Plus des ⅘ des répondant·es aimeraient pouvoir échanger virtuellement et physiquement avec les autres investisseur·ses pour partager les engagements et discuter du sens et des leviers d’action de la transition agricole. Ils et elles sont d’ailleurs 87 % à se dire prêt·es à contribuer par un autre biais à l’accompagnement des agriculteur·ices. 

En faire plus

50 personnes pourraient financer une ferme…
et permettre à 3 personnes de s’installer

82 % des interrogé·es se disent prêt.es à investir dans une structure qui acquiert du foncier agricole pour le mettre à disposition d’agriculteur·ices moyennant une bail environnemental (ce que propose FEVE).

L’investissement médian envisagé est autour de 5 000 € mais d’importants montants sont  considérés par quelques particuliers ce qui fait grimper la moyenne à 13 000 € par personne. Si tous les répondant·es investissaient les montant renseignés nous pourrions collecter entre 1,8 million et 3 millions d’euros. Ce montant équivaut à l’investissement nécessaire pour installer trois fermes collaboratives et diversifiées en agroécologie avec seulement 130 participant·es au financement. 

fromages, pommes, plantes, pains

FEVE répond aux attentes des investisseurs responsables en proposant : 

  • Le vivant avant le rendement
    Nous privilégions la valeur environnementale et sur le long terme plutôt que la rentabilité immédiate en accompagnant des projets de l’installation au développement. Notre idée est de proposer des fermes aux loyers modérés afin que les agriculteur.ices puissent pérenniser leurs activités et devenir propriétaires des terres s’ils et elles le souhaitent.

  • Un investissement qui comporte peu de risque
    La terre et le bâti agricole sont des valeurs refuges qui se sont toujours appréciées au cours des 50 dernières années. Les épargnants ont donc un risque limité en plaçant leur argent dans ce type de biens. De plus, nos experts choisissent minutieusement les fermes pour leurs qualités agroécologiques et les porteur.ses de projet pour leurs savoirs et savoir-faire. 

  • Une transparence de bout en bout
    Tous nos investisseur·ses ont accès aux fermes que nous installons. En plaçant votre épargne dans une Fève vous pourrez tisser des liens privilégiés avec cette ferme et ses paysan·nes.

  • Une réduction d’impôts jusqu’à 25 % du montant investi grâce à notre agrément ESUS.

Qui a écrit cet article ?

Annouchka Gautier

Annouchka Gautier

Développeuse de l’écosystème investisseur chez Fermes En ViE

Après un double diplôme en management durable et éco-innovation, Annouchka a roulé sa bosse dans le vaste monde coopératif et de l’Economie Sociale et Solidaire. Convaincue que les leviers financiers sont nécessaires à la transition agroécologique, elle fait la liaison entre le monde économique et agricole.

Restons en contact !

Vous souhaitez être tenu·e au courant des actualités de Fermes En ViE ?

Abonnez-vous à notre newsletter ci-dessous !

Et pour recevoir nos offres d'investissement, nos appels à projets d'installation ou notre revue de presse, c'est ici